En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer du contenu toujours plus pertinent. En savoir plus

L'allergie aux pollens

Vous pensez être enrhumé ? Et si c'était une allergie au pollen. Chaque année au printemps, vos yeux sont irrités et larmoyants, hypersensibles à la lumière du soleil, votre nez est bouché ou coule, vous éternuez sans cesse sans en connaitre la cause ? Vous vous croyez enrhumé ? En fait, victime d’une allergie au pollen, vous souffrez d’un rhume des foins. Chez la moitié des allergiques au pollen, tous ces symptômes sont associés à une conjonctivite.

Rhume ou rhume des foins

Lors d’un rhume classique, le nez se bouche d’un côté puis de l’autre, brûle, et les sécrétions sont visqueuses.

Lors d’une rhinite allergique, le nez bouché, coule plutôt vers l’avant et gratte furieusement.

En résumé le rhume fait mal au nez, alors que la rhinite allergique gratte.

 

une allergie ?

Une allergie est une réaction physique excessive du corps à des substances qu’il ne supporte pas.

 

Qu’est-ce qu’une allergie au pollen ?

De mai à septembre, pendant que les variations de la température entrainent de nombreux refroidissements, la floraison des herbacées à graines se succède, disséminant leur pollen à tous les vents.

Le fait de respirer ou d'entrer en contact direct avec les pollens présents dans l'air peut entraîner chez les personnes sensibles cette allergie.

La rhinite allergique au pollen revient tous les ans à peu près à la même période, au début du printemps. Mais il peut y avoir des variations d’une année sur l’autre, notamment en fonction de la météo. Le plus souvent le pic d’allergie se situe entre la 1e quinzaine de juin et la mi-juillet. Mais dans le Midi méditerranéen, on peut souffrir d’allergie au pollen, dès décembre lors de la pollinisation du cyprès

 

Qui souffre d’une allergie aux pollens ?

Le nombre de personnes touchées par l'allergie aux pollens augmente chaque année.

Plus de 25% des français de tous âges, sont atteints d’allergie aux pollens, encore appelée «rhume des foins».

L'allergie aux pollens touche de plus en plus de patients.  Les adolescents et les jeunes adultes  sont les plus touchés.

 

Soigner une  allergie au pollen

Une rhinite allergique aux pollens peut s’aggraver et  même  s'accompagner d'asthme.

La première chose à faire quand on souffre du rhume des foins est donc de  consulter un médecin. Il prescrira des antihistaminiques et des antiallergiques, présentés sous forme de spray nasal, de collyre ou de comprimé, éventuellement aussi en association avec de la cortisone.

La désensibilisation est à ce jour la seule possibilité de réduire, de façon plus durable, une allergie au pollen. Ce traitement a pour but de réhabituer le corps à accepter les substances étrangères déclenchant l'allergie (rhume des foins, asthme). Par l'administration répétée de doses croissantes d'une solution d'allergène, le corps parvient à tolérer la substance concernée.

 

Prévenir une allergie au pollen

De mai à septembre, surtout par temps chaud et venteux :

-        Ne vous frottez pas les yeux

-        Ne séchez pas le linge à l'extérieur

-        Ne gardez pas des fleurs ou fleurs séchées dans la maison

-        Evitez de fumer : le tabac aggrave les réactions allergiques

-        N’allez pas à piscine : le chlore agresse les muqueuses du nez et des yeux

 

picto-CATEGORIE_NOMR-attention.png

ATTENTION

Eviter de porter des lentilles cornéennes durant les périodes d'irritation oculaire !

 

-        Evitez les courants d’air. N'aérez votre intérieur uniquement pendant les périodes pluvieuses, ou alors brièvement le matin tôt

-        Roulez fenêtres fermées en voiture

-        Préférez les vacances au  bord de mer : là, la concentration en pollens est plus faible.

-        Posez des filtres à pollen dans sa voiture ou des grillages aux fenêtres

-        Lavez-vous cheveux le soir

-        Ne  tondez pas la pelouse

-        Ne  passez pas l'aspirateur

 

picto-CATEGORIE_NOMR-noter.png

A NOTER

La vitamine C est un antihistaminique naturel

 

Soulager l’allergie aux pollens avec des méthodes naturelles

3 mois avant la saison des pollens :

faites une cure préventive de miel en prenant une cuillère à café de miel à  chaque repas 

15 jours avant les pollens :

en plus de la cure de miel, buvez un verre d’eau additionnée de vinaigre de cidre. Continuer cette cure durant toute la saison des pollens

Buvez trois fois par jour une infusion d'ortie.  Jetez dans 150 ml d'eau bouillante, 2 g à 5 g de feuilles et de fleurs séchées d'ortie, puis laissez infuser pendant 10 à 15 minutes. L’ortie réduit les niveaux d’histamine et a un effet tonique sur le sang.

 

Pendant la période du rhume des foins

Buvez avant chaque repas une infusion d'angélique. Jetez dans une tasse d'eau bouillante 10 g d'angélique (tige, feuilles et fleurs). Laisser infuser 10 minutes Une tasse avant chaque repas.

Avalez, 1 à 3 fois par jour au moment des repas,  des capsules d'huile de Nigel. 

Ou percez les capsules d'huile de Nigel sur le cou et la poitrine, puis massez.

L’huile de Nigel surnommée l'huile des pharaons, est idéale pour apaiser les allergies respiratoires et l'asthme.

 

 

Machez du propolis

Anti-infectieux, cicatrisant, adoucissant et anti-inflammatoire, le propolis,  récolté par les abeilles, se présente sous forme, de gomme à mâcher

  • Livraison offerte

    à partir de 50 d’achat

  • Expédition express

    sous 48 heures

  • Paiement sécurisé

    via CB et Paypal

  • Satisfaction client

    c'est notre priorité

Tous les produits de nos marques partenaires

Quantité

au lieu de
Continuer mes achats Passer ma commande